Archive for the Sportonaute Category

Bruins Bouse

Posted in Sportonaute with tags , , , , on 16 juin 2011 by JFR.Perras


(Lire le post-scriptum avant de s’offusquer.)

Je le sais.

Les Bruins ce sont des brutes sans talent et des abrutis congénitaux. Chara c’est un monstre. Ference un salop. Thomas un tout croche. Recchi une vieille peau.

Y’a juste Bergeron qui a un peu d’allure dans ce club-là. Sérieux. Séguin vient de l’Ontario, pis Marchand de Nouvelle-Bécosse. D’ailleurs, les Bruins ce sont des étrons en chandail. On devrait juste tirer la chasse, mais la patinoire est gelée.

Leur aréna, y’est laid, pis y pue.

Je le sais. Je le sais parce que ce sont des faits historiques. Bruins et bouse riment ensemble depuis toujours. Qui peut le nier ? Même Bobby Orr était un pas bon, c’est tout dire.

N’empêche, je suis on ne peut plus content qu’ils soient champions !!

🙂

Post-scriptum / Puisque la critique derrière le propos n’a pas été saisie en d’autre lieu, et ce malgré l’aberration « Même Bobby Orr était un pas bon », je spécifie que seul la dernière phrase de ce texte réflète un tant soit peu mon opinion, même si je ne suis pas un partisan des Bruins à proprement dire. / Fin

Victoire signée Lars Eller

Posted in Sportonaute with tags , , , , on 7 octobre 2010 by JFR.Perras


Extrait du journal de demain…

8 octobre 2010

Malgré le virus qui l’incommodait, Carey Price était devant son filet lors de la mise en jeu initiale pour ce duel entre le Canadien et les Maple Leafs de Toronto hier, affrontement qui lançait les hostilités de la saison 2010-11 pour les deux formations canadiennes.

Solide en début de rencontre, Price a néanmoins été remplacé à 17 minutes 26 du premier engagement, alors qu’il cédait sur le quatorzième lancé décoché en sa direction. Posté à la pointe, Kessel a secoué les cordages alors que le cerbère était lui-même secoué par une quinte de toux. Appelé en renfort, Alex Auld n’a guère été éprouvé avant la troisième période.

Promu au sein du premier trio pour pallier l’absence de Cammalleri, le jeune Lars Eller a démontré tout son talent en deuxième. S’emparant d’une rondelle libre dans l’enclave, il a d’abord nivelé la marque en déculottant Giguère d’une habile feinte. Puni pour indécence, le gardien québécois allait ensuite lui concéder un second filet, lors du jeu de puissance tricolore.

Frustré à trois reprises en début de troisième, Versteeg est finalement parvenu à créer l’égalité en déjouant Auld d’un tir du revers avec 11 minutes à faire au match. La balance de la rencontre fut tissée de jeux décousus de part et d’autre. Seul Eller a su tricoter son troisième de la soirée, brodant ainsi le « V » de la victoire au dossier de son équipe.

Après la rencontre, Jacques Martin a eu ce commentaire à propos de la performance exceptionnelle du jeune nouveau :

« Et bien, il a marqué trois buts… »